• Le soleil revient et, même si nous avons continué de sortir de l'école deux fois par semaine, j'avoue que l'école en plein air en hiver a un peu moins de charme sarcastic

     

    Avec l'arrivée du printemps, nous nous sommes lancés le défi de devenir de vrais petits botanistes: le lieu que nous occupons la plupart du temps avait été exploré il y a 10 ans par un professionnel, nous avons donc pu récupérer un herbier qui sert de base à nos explorations. Je distribue des extraits aux élèves qui ont pour mission de retrouver la plante correspondante. N'ayant aucune connaissance moi-même dans ce domaine, je découvre en même temps qu'eux et c'est super chouette !

    Ressources école en plein airRessources école en plein airRessources école en plein air

     

     

     

     

     

     

    Dans cet article je vous promettais de donner des idées pour travailler les maths en plein air donc voici:

    - la géométrie: donner la mission aux élèves de repérer des formes géométriques dans la nature:

    Ressources école en plein airRessources école en plein air

    Ressources école en plein air

     

    Ressources école en plein airSegments, carrés, cercles, sphères...

    J'ai aussi introduit toute la séance sur le cercle en demandant aux élèves d'être le cercle eux-mêmes. Nous avons travaillé le vocabulaire: rayon, diamètre, corde, arc de cercle en les "traçant en vrai".

    "Jean-Kevin: tu es le point A, Mathieu-Emmanuel pars du centre du cercle et va jusqu'au point A. Que vient de faire Mathieu-Emmanuel?"

    "UN RAYON !!!" répondent en choeur les enfants...

    Et de retour en classe, sur la feuille de papier avec le compas et le crayon, ça passe crème...

     

    Autre apprentissage mathématique qui se prête très bien à l'école à ciel ouvert: LES FRACTIONS !! 

    "Apportez-moi 1/2 bâton, 3/4 de feuille, 1/3 de tige!"

    Ressources école en plein air

    Ressources école en plein air

    Ressources école en plein air

     

     

     

     

     

     

     

    Nous avons également adopté un petit rituel: chaque fois que l'on passe sur ce petit pont, nous faisons la PAUSE-CONJUGAISON:

    Ressources école en plein air

    "Je vois un canard, tu vois un canard, il voit un canard, nous... etc. etc."

    "Très bien, au passé composé maintenant !!"

     

    Et, croyez-moi ou pas: ils adorent ça happy

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Eh non, désolée Lecteur,  on ne va pas parler de Laura Pausini...

    On va parler de ce grand tabou dans l'Education Nationale que certains présentent même comme un avantage alors que, franchement, je pense que cette solitude professionnelle ressemble plus à une chape de plomb qu'aux ailes de la liberté.

    On entend pourtant souvent des collègues la revendiquer comme un atout: "quand je suis dans ma classe, je mène ma barque comme je l'entends, personne ne peut me dire de faire comme ceci ou comme cela".

    Il me semble qu'il ne faut pas confondre la liberté pédagogique (très appréciable effectivement) et un isolement unique en son genre et propre à notre métier.  

    Combien d'enseignants se sentent seuls face à une problématique de classe, à la gestion du groupe, à la difficulté de trouver un levier pour raccrocher tel gamin ou telle famille, à l'inquiétude de mener un entretien avec un parent en colère...

    Combien d'enseignants n'attendent que ça: se retrouver à la cantine, dans la salle des profs ou à la récréation et pouvoir se confier. Dire qu'il n'arrive pas à canaliser cet élève qui a encore fichu en l'air toute la séance préparée des heures durant, trouver les mots pour ce père de famille immigré qui lui a expliqué qu'il ne savait pas ce que mangeraient ses enfants le soir ni s'ils auraient un jour des papiers français, élaborer un projet personnalisé adapté aux troubles de cet élève à besoins éducatifs particuliers, chercher les ressources pour ce projet sur les frelons... Blanquer ne nous a pas encore pondu de numéro vert...

     

    La solitude

    Alors, en attendant, les moments partagés entre enseignants, lorsqu'ils existent, peuvent nous permettre de découvrir une autre façon d'intéresser un enfant, d'obtenir les coordonnées d'un travailleur social susceptible d'aider une famille, de découvrir un livre ou un site Internet permettant de mieux nous former. Ils permettent surtout de se sentir moins seuls et de se rendre compte qu'on vit tous les mêmes difficultés. L'avènement d'Internet et des réseaux sociaux a eu cet effet positif là (faut bien qu'il y ait du positif!): la mutualisation (j'en parle ici), la possibilité de faire des vagues dans certains cas (comme le cas très récent de cet enseignant suspendu puis réintégré après avoir critiqué l'Education Nationale)...

    Mais bien souvent ils ne suffisent pas, loin de là...

    Impossible de ne pas évoquer les noms de Jean Willot et de Christine Renon mais combien d'autres sombrent dans l'anonymat et dans les abysses de la solitude?

     

    Parce qu'on ne devrait pas avoir à compter uniquement sur nos collègues, parce que dans de nombreux cas, même l'appui des collègues est absent et parce que c'est le système entier qui, bien souvent, appuie sur la tête de celui/celle qui est déjà en train de couler...

    Nous passons de nombreuses heures en réunion, certaines sont nécessaires au bon fonctionnement de l'école, de l'établissement, d'autres s'apparentent à de la formation...

    Mais les moments officiels d'échanges, d'analyses de pratiques, de conseils, d'écoute, de formation au plus près de la réalité du terrain n'existent pas dans notre institution. Ils restent le fruit du hasard d'une équipe solide, d'un proviseur bienveillant, de volontés individuelles, d'un esprit collectif parfois difficile à trouver...

    Institutionnaliser de manière régulière des espaces de paroles, dédoubler des classes en les attribuant à deux enseignants qui travailleraient ensemble, de manière complémentaire et coordonnée, établir un lien officiel entre les professionnels de l'éducation, créer des postes de psychologues au sein de l'Education Nationale, faciliter les connexions entre tous les professionnels de l'enfance que ce soit dans le champ culturel, social ou thérapeutique me semblent des pistes nécessaires à explorer si on voulait réellement permettre aux professeurs d'exercer leur métier dans de bonnes conditions...

    Mais force est de constater que la pénurie d'enseignants semble inquiéter bien peu le gouvernement...

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Bienvenue, Parent, Enseignant, simple citoyen désireux de connaitre le point de vue d'une enseignante sur l'Education Nationale en général et l'Ecole primaire en particulier !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire