• Lorsque j'ai exposé ce projet sur un groupe Facebook fréquenté par de très nombreux enseignants (800 000 feignasses) afin d'obtenir des idées de supports sur lesquels travailler, j'ai pu constater, une fois de plus, à quel point la mutualisation est quelque chose de naturel pour les enseignants (cf ici)

    Mais j'ai également eu affaire à ces enseignants qui aiment bien donner leur avis (critique) même lorsqu'il n'est pas sollicité (on adore ces gens-là...):

    Travail sur les migrants et les réfugiés CM1-CM2

    Non, mais est-ce vraiment une bonne idée de confronter de si jeunes enfants à des sujets aussi atroces???!!!

    A 9 et 10 ans, il ya vraiment des choses plus jolies à découvrir sur le monde sans cynisme et schizophrénie (sic)

     

    Alors, autant j'entends tout à fait cette envie de préserver l'innocence chez nos enfants, de leur laisser leurs lunettes bleues et leurs lunettes roses, de préserver la magie qui habite naturellement ces âges et je suis la première à adorer y évoluer avec eux, autant cela ne me parait pas du tout incompatible avec le fait de les confronter à la réalité de la vie.

    Non seulement pas incompatible mais même nécessaire.

    Leur donner les moyens d'apprendre, de comprendre, c'est leur fournir les meilleures armes pour leur avenir qui, soyons réalistes, ne s'annonce ni bleu, ni rose et encore moins vert.

    D'ailleurs à ce sujet: t'as vu le nouveau rapport du GIEC??

    Et puis, les programmes d'histoire/géo n'épargnent pas les élèves: les guerres de religion, la révolution française, le massacre des indiens, la première et la seconde guerre mondiale etc.: est-ce que ces enseignants souhaitant préserver l'innocence de nos enfants les sortent de leur programmation du coup?!

    Quant aux contes traditionnels et à la lecture des récits mythologiques, wow, ça doit être vraiment dur pour eux...

    Bref, en tout cas, je suis très heureuse de partager avec ceux que ça intéressera une liste de supports utiles pour travailler cette thématique, certes difficile et douloureuse, mais aussi porteuse de beaux messages d'espoir, de solidarité et d'empathie. J'allongerai cette liste au fur et à mesure de mes lectures afin de pouvoir vous donner plus qu'un simple titre et je publierai sur la page Facebook quelques avis. 

     

    Dans la rubrique littérature: 

    - Je viens de lire l'excellentissime BD de Fabien Toulmé en trois tomes : l'Odyssée d'Hakim, pour le coup cela me paraît complexe pour des CM1-CM2 mais très parlant et explicite pour des collégiens ou des lycées et je le recommande vivement à tous les adultes !!

    - La fin de Rêves amers de Maryse Condé ne plairait pas aux enseignants-bisounours mais ce petit roman est facile à lire et aborde aussi les difficultés liées aux changements climatiques: une petite Haïtienne de 13 ans contrainte de quitter son village, ses parents ne parvenant plus à tirer de la terre les récoltes d'autrefois. 

    - L'album Sans papiers de Rascal, Cendrine Genin et Jean-François Martin permettra d'aborder la question de l'accueil réservé en France aux migrants et de clarifier la différence entre migrants et réfugiés à ce sujet, j'en profite pour diffuser ici un dessin de mon copain Jo:

    Travail sur les migrants et les réfugiés CM1-CM2

    - Deux livres que je mets en parallèle et que je trouve particulièrement adaptés pour mes CM1/CM2:

    Travail sur les migrants et les réfugiés CM1-CM2

     Dans ces deux histoires, un enfant syrien partage le quotidien, notamment scolaire, d'un élève français. L'étonnement, l'incompréhension, le rejet, la compassion, l'entraide, l'Amitié mêlent leurs couleurs dans chacune de ces deux histoires que j'ai hâte de faire découvrir à mes élèves ! 

    - L'immortelle de Ricard Ruiz Garzon m'a été conseillé par une petite fille de dix ans qui l'a adoré et je la comprends fort bien ! Ce roman met en scène Judit, jeune passionnée de dessin et d'échecs de 12 ans et Mister Aliyat, un maître Iranien imbattable aux échecs qui vit en France sans papiers. Les valeurs véhiculées dans cette histoire me semblent particulièrement importantes à enseigner aux jeunes générations.

     

    - Massamba, le vendeur de tours Eiffel est un album de Béatrice Fontanel et Alexandra Huard qui retrace tout le parcours d'un jeune homme dont on ignore la nationalité exacte et qui se trouve confronté aux difficultés de la vie parisienne d'un sans-papier avant de finir par vivre un dénouement heureux.

     

    Un petit film qui résume ce bel album ici.

     

     

    Je continue ce défi et je mettrai régulièrement cet article à jour. Voici mes prochaines lectures: 

    -       Le petit prince de Calais

    -       Moi migrant clandestin de 15 ans de Thierno Diallo

    -       Histoire d’Aman de Michael Morpurgo

    -       Quitter son pays de Marie-Christine Helgerson

    -       Nassim de nulle part de Christian Neels. Syros jeunesse

    -       Antonio Skarmeta t’es pas mort. La rédaction. 

    -       Ya pas de place chez nous

    -       Lampedusa de Mayline Desbiolles

    -       Enfants d’ici, parents d’ailleurs

    -       Le camion rouge de Jean-Marc Pitte

    -       Emir et Marlène d’Ingrid Thobois

    -       Je ne suis pas un héros de Sophie Adriansen

    -       Frères d’exil de Kochka

    -       L’odyssée de Bagdad

    -  Mur Méditerranée de Louis-Philippe Dalembert

    - Boza d'Ulrich Cabrel et Etienne Longueville avec aussi une vidéo associée

     

     

    Albums : 

    -       La valise de Chris Naylor-Ballesteros chez l’école des loisirs

    -       Migrants

     

    Recueil de poèmes : 

    -       Bagages

     

    Et dans la rubrique chansons: 

    - LE groupe de mon adolescence qui a toujours su aider ses auditeurs à adopter un point de vue intéressant: El Dulce de Leche

     

    - LE duo de leur adolescence à eux, que j'ai découvert grâce à mon filleul (ado lui-même) et dont je suis vraiment fan. Une chanson percutante qui permet de se mettre à la place de...: Rentrez chez vous.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Salut Collègue !

     

    Toi aussi ça te branche (admire le magnifique clin d'oeil à nos amis les arbres au passage) bien d'emmener un peu plus souvent tes élèves respirer l'air frais?

    La période confinée-masquée (loin d'être terminée, je le crains..) te fait prendre conscience que l'extérieur c'est la Vie?

    Alors parfait, ça nous fait deux points communs et ça prouve que tu as cliqué au bon endroit !!

    C'est la troisième année consécutive que je pratique l'école en plein air et, si cela ne fait pas de moi une spécialiste, ça m'a en tout cas permis de mettre en pratique quelques activités qui pourront peut-être te donner des idées et t'aider à te lancer.

    Si la genèse du projet t'intéresse clique ici.

     

    • Tout d'abord le repérage des lieux, de l'itinéraire et le travail sur plan
      • lors des premières sorties, j'attire l'attention des élèves sur le nom des rues empruntées, celui des monuments ou lieux remarquables devant lesquels nous passons. 
      • de retour en classe, nous travaillons sur google earth puis sur des cartes vues du ciel, nous traçons l'itinéraire emprunté au feutre, nous rédigeons un texte pour quelqu'un qui voudrait faire le même trajet que nous (cette année, mes CM1-CM2 l'ont présenté aux CP-CE1 qui feront bientôt une petite sortie):
        • vocabulaire, production d'écrit, repérage dans l'espace, géographie, mathématiques: youpi !

     

    • nos rituels: le quart d'heure lecture avec les ateliers DECLIC  (clique ici si tu ne connais pas)  et le calcul mental occupent une place importante dans mon emploi du temps et c'est très naturellement que je les ai inclus dans nos après-midis en plein air. 
      • Les élèves choisissent un endroit, un coin lecture, qui sera le leur pour toute l'année. Ils adorent l'aménager au fur et à mesure, certaines viennent même en dehors des heures d'école pour se faire un lit de feuilles ou le délimiter avec des cailloux ! Ils y sont un peu comme dans une bulle: ils lisent ou rédigent des choses sur leur cahier de brouillon. 

      • Pour le calcul mental je m'appuie sur l'excellent travail de Monsieur Paul que j'ai sur mon portable. Ils se mettent par groupe de 3 (je fais changer les groupes à chaque session) et ils doivent impérativement se concerter avant de lever la main pour proposer leur réponse. 

        • lecture, production d'écrit, calcul réfléchi, coopération: youpi youpi !
    • EPS en plein air: bon ben là, t'as vraiment pas besoin de moi: tout ce que tu fais dans la cour de récré, tu le feras aussi bien dans l'herbe hein ! Pour nous en ce moment c'est yoga, jeux de coopération et randonnée. Je te balance juste ce petit jeu de coopération qu'ils adorent faire en ce moment : le filet-pêcheurs-sardine. Je leur explique que l'objectif est de créer la cohésion de groupe, d'apprendre la solidarité et à coopérer contre MOI ! 
      • Ils se promènent en marchant autour de moi et quand je dis l'un des mots suivants ils doivent exécuter l'action correspondante le plus vite possible:
      • filet: les participants forment un cercle en se donnant la main, j'indique auparavant si je dois être à l'intérieur du filet ou à l'extérieur
      • pêcheurs: les participants se mettre deux par deux: l'un met un genou à terre et plie une jambe de façon à ce que l'autre puisse s'y asseoir et faire mine de pêcher. Variables didactiques: demander à changer chaque fois les duos ou laisser les stratégies se mettre en place cool 
      • sardines: les participants se resserrent les uns contre les autres avec au moins un point de contact et de manière à occuper le moins de place possible !

    Et triple youpi !

     

    Dans un prochain article je décrirai des projets plus spécifiques et des séances mathématiques que je suis en train de formaliser. 

    A bientôt!

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • et on va commencer par écrire son prénom !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Hey Parent !!

     

    Je dois t'avouer un truc: depuis quelques années que je me renseigne sur tout type de pédagogie, celle de l'école à la maison m'avait toujours laissée très dubitative.

    Non pas que je ne comprenne pas les griefs que les parents peuvent faire à notre école "traditionnelle" mais surtout parce que pour moi la première mission de l'école est de SOCIALISER.

    Structurer le temps de l'élève à la maison

    Confronter l'enfant à l'Autre, lui permettre de découvrir le sens des règles de vie en collectivité et la richesse des interactions humaines.

    Tout ça, tout ça quoi...

     

    Mais ça c'était avant...

    Avant le confinement et surtout avant la parution de ce protocole qui n'a plus rien de commun avec mes rêves d'école... (clique ici)

     

    Et si tu as choisi, Parent, de devenir Enseignant à la maison, je ne peux que te comprendre et tenter de te soutenir du mieux que je peux. 

    Voici donc un outil qui peut te permettre de structurer la journée de ton ou tes petits écoliers.

    Télécharger « EMPLOI DU TEMPS QUOTIDIEN ÉLÈVE mon planning quotidien.pdf »

    Je me suis basée sur le fonctionnement de la classe qui est le plus efficace selon moi avec cette alternance vitale entre travail et détente. Ne perdons surtout pas de vue l'intérêt du SENS pour nos enfants: relier les apprentissages au quotidien, c'est essentiel.

     

    J'ai utilisé les pictogrammes d'ARASAAC, cette fabuleuse découverte faite grâce à mes élèves autistes: http://www.arasaac.org/index.php

     

    N'hésite pas Parent si t'as une question en tant que collègue maintenant ;-)

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Hey Parenseignant !!

     

    Est-ce que toi aussi tu te souviens de ces vieux débats stériles: 

     

    Covid-ressources

     

     

     

    Et est-ce que toi aussi ça te semble totalement mais alors TO-TA-LE-MENT relatif désormais?

     

    Parce qu'alors moi perso...

    Covid-ressources

     

    Et donc aujourd'hui Parenseignant, je voulais simplement partager avec toi ce tutoriel réalisé par une enseignante-formatrice, recommandé par une de mes collègues et proposée cette semaine à plusieurs de nos familles: 

    Et puisque la notion de partage est enfin devenue complètement à la mode et trop in (Yee-pee !!!), je partage également ma production: 

    Covid-ressources arts

     

     

    Et peut-être que dans la tête de certains lecteurs il va se passer ça:

    Covid-ressources arts

     

     

    Mais récemment, on m'a conseillé de laisser s'exprimer la petite fille qui sommeille en moi et en fait cette petite fille, les règles et les contraintes elle n'aime pas trop beaucoup ça...

     

    En revanche, elle adore le yoga. 

    Merci Ariane !!!

     

     

     

     

    Et oui, je sais, Parenseignant, que le quotidien peut être très très dur en ce moment, mais essayons, essayons vraiment, de laisser s'exprimer nos enfants...

    Covid-ressources arts

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique